Évolution du divorce par la volonté unilatérale hors faute dans la législation française moderne: d’un divorce dur à un divorce assoupli

Afrah Alati

Resumen


Le divorce par une seule volonté unilatérale d’un époux, sans s’appuyer sur une faute quelconque imputable au conjoint défendeur, a connu une évolution considérable dans la législation française moderne. L’expérience française en l’espèce a révélé deux modèles qui reflètent à quel point le législateur français a fait évoluer sa philosophie législative à l’ égard de ce type de divorce. Dans un premier temps, le législateur de 1975 a intégré le divorce pour rupture de la vie commune. Ce type de divorce a été caractérisé par la dureté dans son mécanisme et la sanction par les effets. À côté des conditions strictes à réunir, le législateur, à l’ époque, a en plus imposé une clause de dureté pour mettre un frein au divorce et éviter l’automaticité de son prononcé. De plus, la loi a en quelque sorte sanctionné le demandeur de ce divorce en mettant tous les effets du divorce à sa charge. En revanche, trente ans après, le législateur de 2004 a présenté un autre modèle sous la forme du divorce pour altération définitive du lien conjugal. Dans ce modèle, le  législateur a changé complètement son traitement législatif qui se caractérise par la souplesse dans le mécanisme de divorce et l’absence de sanction par les effets. Pour faciliter la demande de ce divorce, le législateur s’est concentré, d’une part, à atténuer les conditions exigées vis-à-vis de l’ancien divorce pour rupture de la vie commune et, d’autre part, sur la suppression de la clause de dureté. Plus encore, si l’ancien divorce pour rupture de la vie commune faisait peser systématiquement toutes les charges et conséquences du divorce sur le demandeur, la loi du 26 mai 2004 a choisi le contraire. Les effets du divorce, y compris celui pour altération définitive du lien conjugal, sont dorénavant soumis à un droit commun. En effet, ce divorce n’est plus un divorce assumé par une contrepartie.

En somme, on est passé d’une culpabilité systématique à un droit au divorce décomplexé pour le demandeur de ce divorce et d’un divorce pour cause objective restreinte à un divorce pour cause objective plus libérale.


Palabras clave


Divorce par la volonté unilatérale; France; Législation française moderne

Texto completo:

PDF (Français (France))

Referencias


I. Ouvrages généraux : manuels, Dictionnaires

Bonnet ( V.) , Droit de la famille, manuel, Larcier, 5e éd., 2015.

Brazier (M.), Le nouveau droit du divorce, Éditions Apil, Versailles.

Carbonnier (J.), Droit civil « Introduction, les personnes, la famille, l’enfant, le couple », PUF, Paris, 2e éd., 2017, Vol. I.

Cornu (G.), La réforme du divorce (étude de la loi du 11 juillet 1975), Les cours de droit, Paris, 1976.

Droit civil la famille, Domat droit privé, Montchrestien, Paris, 9e éd., 2006.

Vocabulaire juridique, Association Henri CAPITANT, PUF, 11e éd., 2016.

Claux ( P.-J.), Davi d (S.) et autres, Droit et pratique du divorce, Dalloz Référence, Dalloz, 2e éd., 2013, p. 35.

Courbe (P.) et Gouttenoire (A.), Droit de la famille, Sirey, Université, Dalloz, 2017, 7e éd.

Courbe ( P.), Le divorce, Dalloz, Connaissance du droit, 4e éd., 2004.

Fornerod (A.), «Religion et famille en droit interne», in Droit français des religions, Dir. Messner (F.), Prélot (P.-H.) et Woehrling (J.-M.), avec la contribution d’Isabelle Riassetto, Traités, Lexis Nexis, Paris, 2013, p. 1016.

Lindon (R.), La nouvelle législation sur le divorce et le recouvrement public des pensions alimentaires (lois du 11 juillet 1975 : Analyse et commentaire), Litec, 1975.

Massip (J.),

La réforme du divorce, (Commentaire des lois nos 75-617 et 75-618 du 11 juillet 1975 et des textes d’application), t. I, Répertoire du notariat Defrénois.

Le nouveau droit du divorce, Defrénois, 2005.

Malaurie (Ph.) et Fulchiron (H.), Droit de la famille, L.G.D.J, Collection Droit privé, 5e éd., 2016.

Murat (P.) (di r.), Droit de la famille, Droit de la famille, Dalloz-action, 7e éd., 2016-2017.

Murat-Sempietro (M.-P.) et Trambouze (V.), Le divorce après la loi du 26 mai 2004, collection de l’Institut

national de formation notariale, Pratique professionnelle, Lexis Nexis Litec, Paris, 2006.

Parquet (M.), Droit de la famille, Bréal, 4e éd., 2014.

Rubellin-Devichi (J.),

«La diminution de l’importance du mariage “L’admission du divorce par volonté unilatérale”», in Mariage et famille en question, Tome 1, Dir. R. Nerson, Éditions du C.N.R.S, 1978.

«Les grandes réformes en cours dans le droit de la famille en France», in Droit comparé des personnes et de la famille, Bruylant, Bruxelles, 1998.

Roy (O.), Droit de la famille, Collection Montesquieu, Archétype 82, Paris, 2014.

II. Ouvrages spéciaux, thèses

Alati (A.), «La rupture du mariage par la volonté unilatérale de l’ épouse : Étude de législation française et de législation islamique appliquée en pays arabes», Volume I, Éditions universitaires européennes, 2018.

Blessy (J.-C.), Le principe du divorce objectif étudié dans ses rapports avec la faute en droits français et allemand comparés, th. Nice, 1989.

Garrigue (J.), Les devoirs conjugaux «Réflexion sur la consistance du lien matrimonial», Éditions Panthéon-Assas II, Collection Thèses, 2012.

Himmi-Mehrabi (M.), La dédramatisation du divorce dans la législation contemporaine, th. Paris II, 2006, t.1.

Koumdadji (A.), La sécularisation de la répudiation : ou l’avènement de la rupture unilatérale et discrétionnaire en droit français, Les éditions du Cerf P, 2015.

III. Articles, notes, observations, communications

Carbonnier (J.), «La question du divorce Mémoire à consulter», D, 1975, Chron XX, p. 117.

Casey (J.), «Faut-il réformer le divorce ?», Gaz. Pal, 23 janvier 2010, n° 23, p. 10.

Cheynet de Beaupré (A.), «Spécificité du divorce pour altération définitive du lien conjugal après rejet de la demande reconventionnelle en torts exclusifs», RJPF, 2013, n° 11, sélection du mois, p. 22.

Coutant-Lapalus (C.), «Un divorce pour altération définitive du lien conjugal sans séparation», JCP G, 16 janvier, 2012, n° 3, p. 77.

Davi d (S.),

«La clause d’exceptionnelle dureté demeure exceptionnellement admise», note sous CA Paris, 24e ch. A, 11 juin 2003, RG n° 2002/02053, AJ Fam, 2003, pp. 384s.

«Divorce altération: le point de départ du délai de séparation se prouve par tous moyens», Obs. sous Cass. 1re civ., 25 novembre 2009, n° 08-17.117, AJ Fam, 2010, p. 136.

Delecraz (Y.), «Le projet de réforme du divorce», Rép. Defrénois, 15 mai 2004, n° 9, art. 37935, p. 647.

Fulchiron (H.), «Les métamorphoses des cas de divorce», Rép. Defrénois, 15 septembre 2004, n° 17, art. 37999, Doct, p. 1115.

Furkel (F.),

«La faute dans le divorce en droit français et allemand», RIDC, Vol. 34, n° 4, octobre-décembre 1982, pp. 1153s.

«La clause de dureté est-elle un mal nécessaire?», D. 1977, Chro X, p. 83.

Garé (Th.),

«Pour un réexamen des règles applicables à la clause de dureté fondée sur les règles religieuses», Analyse pour Cass. 2e civ., 13 mars 2003, n° 01-14.616, RJPF, 2003, n° 6, p. 19.

«Le rejet de la demande principale en divorce pour faute emporte le prononcé du divorce pour altération définitive du lien conjugal», RJPF, 2012, n° 2, p. 20, Analyse de Cass. 1re civ., 5 janv. 2012, n° 10-16.359.

Gouttenoire (A.), «Les nouvelles procédures de divorce», Rép. Defénois, 2005, n° 7, Doct., art. 38137, p. 558.

Granet-Lambrechts (F.), «Les nouveaux cas de divorce», AJ Fam., 2004, p. 207.

Hauser (J.), «Divorce pour faute et demande reconventionnelle en altération définitive du lien conjugal: de la hiérarchie des causes de divorce et de la durée de la séparation», RTD civ. 2012, p. 100, note sous Cass. 1re civ., 5 janvier 2012.

Jacquet (J.-M.), «Le rôle de la cause dans le nouveau droit français du divorce», RTD civ 1984, pp. 625s.

Jung (B.), «Le divorce remède ou la place faite dans le nouveau droit du divorce en France et en République fédérale d’Allemagne», JCP G, 1979, I, 2940.

Larribau-Terneyre ( V.),

La réforme du divorce: premier bilan à mi-parcours, Dr. Fam, 2004, n° 3, Chron. 6, p. 5.

«Sur la notion de la communauté de vie des époux», note sous : CA Versailles, 2e ch., 31 mars 2011, n° 10-02387. Dr. Fam, 2011, n° 6, Comm. 94, pp. 30s.

Malaurie (Ph.), «Conclusion sur la réforme du divorce : Le divorce pour altération définitive du lien conjugal et la société de la peur», Rép. Defrénois, 15 décembre 2004, n° 23, art. 38062, p. 1602.

Massip (J.), «L’article 238, alinéa 2, du Code civil et le domaine du divorce pour altération définitive du lien conjugal», note sous Cass. 1re civ., 5 janv. 2012, n° 10-16.359, JCP G, 2012, n° 8, p. 362.

Monsallier (B.), «Le divorce pour rupture de la vie commune (Loi du 11 juillet 1975)», RTD. civ, 1980, p. 267.

IV. Documents officiels: Rapports, notes explicatives, travaux préparatoires

Annuaire statistique de la justice, La Documentation française, Paris, édition : 2000, pp. 79s, 2001, pp. 81s, 2005, p. 89.

Circulaire de présentation de la loi relative au divorce, du décret portant réforme de la procédure en matière familiale et du décret fixant les modalités de substitution d’un capital à une rente allouée au titre de la prestation compensatoire. Civ 2004-16 C1/23-11-2004. Bulletin officiel du ministère de la Justice n° 96 (1er octobre - 31 décembre 2004).

Dekeuwer-Défossez (F.), Rénover le droit de la famille (Propositions pour un droit adopté aux réalités et aux aspirations de notre temps), Rapport au Garde des Sceaux, ministre de la Justice, La Documentation Française, 1999, p. 114.

Loi n° 14-485 de 27 juillet 1884 Loi qui rétablit le divorce en France. Promulguée au J.O du 29 juillet 1884. http://www.justice.gouv.fr/art_pix/Loi_retablissement_divorce_1884.pdf

Rapport pour la Commission des lois, Sénat n° 120, présenté par le Sénateur P. Gélard, sur le projet de loi relatif au divorce, annexe au procès-verbal de la session du 17 décembre 2003. http://www.senat.fr/rap/l03-120/l03-1201.pdf

V. Décisions de justices

Cass. 2e civ., 30 janvier 1980, JCP G, 1981. II, J, 19521.

Cass. 1re civ., 5 janv. 2012, n° 10-16.359. D, 2012, n° 10, Chron. C. Cass, pp. 635s.




DOI: https://doi.org/10.15174/cj.v8i16.315

Enlaces refback

  • No hay ningún enlace refback.


Copyright (c) 2019 Afrah Alati

Licencia de Creative Commons
Este obra está bajo una licencia de Creative Commons Reconocimiento-NoComercial-CompartirIgual 4.0 Internacional.


 





 


Ciencia Jurídica aparece en

............................................................................................................................................................................................................

                                    

 

Ciencia Jurídica, Año 8, no. 16, julio-diciembre 2019 es una publicación semestral editada por la Universidad de Guanajuato, a través de la División de Derecho, Política y Gobierno, Departamento de Derecho, Lascuráin de Retana núm. 5, 3er. piso. Zona Centro, C.P. 36000, Guanajuato, Gto., Tel. 473 73 20006, ext. 3099, www.cienciajuridica.ugto.mx, revistacienciajuridica@ugto.mx, Editor responsable: Julio César Kala. Reserva de Derechos al Uso Exclusivo: 04-2017-011015315300-203, ISSN: 2007-6142, ambos otorgados por el Instituto Nacional del Derecho de Autor. Responsable de diseño y de la última actualización de este número: Eduardo Martín del Campo Ramos. Lascuráin de Retana núm. 5, 4to. piso. Zona Centro, C.P. 36000, Guanajuato, Gto., Tel. 473 73 20006, ext. 5016, fecha de última modificación, 30 julio de 2019. El  contenido de los artículos publicados es responsabilidad de cada autor y no reflejan necesariamente la postura del editor ni de la publicación. Se autoriza la reproducción total o parcial del contenido e imágenes con fines académicos y de investigación, citando invariablemente la fuente sin alterar el contenido y dando el crédito a los autores.